LES ARTISTES :
Les artistes de "CHANGE" n'ont ni été interviewés pour leur technicité, ni pour leur notoriété. Aucun jugement de qualité artistique n'a été porté de la part des réalisateurs. N'importe quel artiste autoproclamé était concerné, qu'il s'agisse de vedette, d'artisan, d'amateur, ou encore d'excentrique un peu bohème.
Tous ont été rencontrés sur la route, dans la rue ou dans le désert, pendant leur show ou à l'église, d'autres sur des sites de voyageurs ou par bouche à oreille. Chaque rencontre s'est faite naturellement, par affinité au projet, par envie de participer au documentaire, de s'adresser aux spectateurs français et étrangers.
"CHANGE" est leur film, aucune question ne leur est posée pour ne pas influencer leur propos, ce qui donne un portrait original et unique des Etats-Unis d'Amérique.
Les sujets sont variés, parfois drôles, parfois graves, libre a chacun d'exprimer son quotidien à la maison ou au travail, son envie de communiquer, de philosopher, de partager son art de vivre, ses passions et ses prises de position sur la politique de sa ville, de son Etat ou de son pays...
Voici quelques extraits pour vous les présenter :
CLIQUEZ SUR UNE PHOTO POUR
L’ACCES DIRECT A L’UN DES ARTISTE :
Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche Affiche
A PROPOS DU FILM
LES ARTISTES
LE DVD
LIVRE D'OR
CONTACTS
Vivant à Lincoln, Nebraska, Hope est une comédienne qui a un grand sens de l'humour. Elle va nous accueillir aux Etats-Unis avec un one-woman-show improvisé rien que pour nous !
Dans les plaines du Colorado vit Suzanne Arms, une artiste engagée pour la paix qui use de tous ses moyens pour défendre ce qui semble être le plus important dans sa vie : La vie.
Gretchen et son fils Torsten sont deux artistes. Elle, crée a partir de soutiens-gorges et de bas-résilles des toiles uniques en leur genre ! Tous deux vont nous promener dans leur maison de Lincoln, d'une oeuvre d'art à l'autre, d'un sujet de conversation à l’autre.
Ken Nelson vit isolé avec ses chiens dans un beau pays "au milieu de nul part", non loin de la frontière mexicaine, dans sa Pink Gallery. Il y collectionne et vend de nombreuses oeuvres d'art mexicaines ainsi que les siennes, de grands tableaux qui dynamitent avec force ce qui semble être selon lui le mal du pays : Le capitalisme.
Aventurier des temps modernes, à tour de rôle résistant dans la France occupée, philosophe à Paris, cowboy dans le Wyoming, habitant chez les Navajo et artiste-peintre : c'est Pascal. Reclu dans son petit atelier du Nouveau-Mexique, il passa la journée a nous raconter ses aventures : "Change" nous en offre quelques extraits.
Au beau milieu du désert, petit arrêt à Page où vit Lori qui fait partager sa culture Navajo aux plus curieux.
Boris n'est pas natif de Las Vegas, il s'y est installé pour travailler dans les casinos... comme tout le monde dans la capitale du jeu et de l'abondance ! Il reste néanmoins très critique à l'égard de cette ville flamboyante et flambante, et nous en apporte son point de vue écologique.
Depuis Las Vegas, Rick Greco, musicien, photographe, va nous emmener voyager avec lui dans un paysage musical merveilleux. Destination : La Death Valley.
Sans prendre son souffle et avec un humour corrosif, révélations au vitriol des dessous d'Hollywood par Greg, grâce à son sens de la caricature et de son expérience comme scénariste dans la capitale du showbiz : Los Angeles.
Rencontrée à la "zombie mob" de San Francisco, Avril nous invite, dans un havre de paix, à sa maison au bord de l'océan. Pacifique, elle partage son art, le car art, comme une manière bien à elle de lutter contre la guerre.
Après s'être rhabillée lors d'un streap-tise inversé dans son one-wowan show, à San Francisco, Harvey met à nue l'Amérique en pointant du doit l'Oncle Sam qui n'aura plus qu'à aller se rhabiller !
Austin, Texas. Matt profite de la caméra, comme il le fait dans ses propres documentaires, pour nous ouvrir les yeux sur la "dictature" américaine. Il accuse le système de contrôle des pensées et la politique oppressive à l'égare des populations mondiales, sans tomber toutefois dans certains travers de la "théorie du complot".
Interviewée le 11 septembre à Austin, Flip Salomon nous ouvre la porte de sa caravane aux merveilles pour nous offrir une galerie de petits monstres et autres poupées à deux têtes, et toutes les jolies créatures de son "wolf clan"... sans pour autant perdre de mémoire les Tours Jumelles.
D'un bout à l'autre de sa maison, à la Nouvelle Orléans, Brandon nous partage sa passion pour l'œuvre d'art, l'objet d'art, opposant la matérialité d'une peinture à la superficialité des nouveaux arts et autres technologies modernes.
"La bouffe, l'alcool, la liberté... et la musique : (A la Nouvelle Orléans) Tout est bon !" s'exclame Jack. Musicien du New Orleans jazz traditionnel, Jack nous entraîne dans une course folle au coeur des nuits de la ville, entre alcool, clubs de musique et autres bons coins... il est le meilleur des guides : Il connaît tout le monde et tout le monde le connaît !
Dans son atelier d'artiste new-yorkais, l'adorable Mirna nous donne à voir ses peintures "organiques" et son amour pour sa ville et ses habitants.
Par-delà les gratte-ciels de New-York, le jeune poète Israël flâne de parc en parc pour mieux se connecter à la musique. On l'attrape au vol à Central Park où il nous fait part de sa philosophie, en chansons.
Le temps du générique, Alfred nous clame, dans l'abondance de mots et en un temps record, son amour pour l'Amérique.